Vue du profil - Artaud-Antonin

Dmo +1 : page standard
Avatar de l’utilisateur
Homme de l'être
Nom d’utilisateur:
Artaud-Antonin
Localisation:
Ivry-sur-Seine (France)
Dates:
1896-1948
Sexe:
Homme
Oeuvres:



Oeuvres complètes (26 volumes)

Tric Trac du Ciel

L'Ombilic des limbes

Correspondance avec Jacques Rivière

Le Pèse-nerfs

La Coquille et le Clergyman

L'Art et la Mort

Le Moine (de Lewis)

Le Théâtre de la cruauté

Héliogabale ou l'Anarchiste couronnéImage

Les Nouvelles Révélations de l'être

Le Théâtre et son doubleImage

Révolte contre ca Poésie

D'un voyage au pays des Tarahumaras

Les Tarahumaras

L'Arve et l'Aume

Lettres de Rodez

Van Gogh, le suicidé de la sociétéImage

Ci-gît, précédé de la Culture indienne

Pour en finir avec le jugement de Dieu

Les Cenci

Lettres à Jean-Louis Barrault

Lettres à Génica Athanassiou

Lettres à Anie Besnard

Messages révolutionnaires

Je crache sur le Christ inné

50 Dessins pour assassiner la magie

Suppôts et suppliciations

Cahier d'Ivry

Nouveaux Écrits de Rodez

Histoire vécue d'Artaud-Mômo

Citations:
Image



Topic : Loge de la Folie

" La psychiatrie n’est qu’un réduit de gorilles eux-mêmes obsédés et persécutés et qui n’ont, pour pallier les plus épouvantables états de l’angoisse et de la suffocation humaines, qu’une ridicule terminologie, digne produit de leurs cerveaux tarés. Pas un psychiatre, en effet, qui ne soit un érotomane notoire. Et je ne crois pas que la règle de l’érotomanie invétérée des psychiatres puisse souffrir aucune exception..."
(Introduction à Van Gogh, le Suicidé de la Société)

" J’en connais un qui se rebella, il y a quelques années, à l’idée de me voir ainsi accuser en bloc tout le groupe de hautes crapules et de faiseurs patentés auquel il appartient. Moi, monsieur Artaud, me dit-il, je ne suis pas un érotomane, et je vous défie bien de me montrer un seul des éléments sur lesquels vous vous basez pour porter votre accusation. Je n’ai qu’à vous montrer vous-même, docteur Lacan, comme élément, vous en portez sur votre gueule le stigmate, bougre d’ignoble saligaud. C’est la binette de qui introduit sa proie sexuelle sous la langue et la retourne ensuite en amande, pour faire digue d’une certaine façon . Cela s’appelle faire son beurre et trier son propre persil. Si dans le coït vous n’avez pas obtenu de glousser de la glotte d’une certaine façon que vous connaissez, et de gargouiller en même temps du pharynx, de l’œsophage, de l’urètre et de l’anus, vous ne pouvez pas vous déclarer satisfait."
(Introduction à Van Gogh, le Suicidé de la Société)


Topic : Théâtre de la cruauté

" J'ai débuté dans la littérature en écrivant des livres pour dire que je ne pouvais pas écrire du tout. Ma pensée, quand j'avais quelque chose à dire ou à écrire était ce qui m'était le plus refusé. Je n'avais jamais d'idées et deux très courts livres, chacun de soixante-dix pages, roulent sur cette absence profonde, invétérée, endémique, de toute idée. Ce sont l'Ombilic des limbes et le Pèse-nerfs..."
(Le pèse-nerfs ( Cité par Derrida dans l'écriture et la différence ( p. 18) , citant Blanchot dans l'Arche (17-18, aôut-septembre 1948, p. 153))

Topic : Confessions

" L'esprit croit ce qu'il voit et fait ce qu'il croit : c'est le secret de la fascination. Et Saint Augustin ne révoque pas en doute un seul instant, dans son texte, la réalité de cette fascination..." p. 39
(Le théâtre et son double - Le théâtre et la peste)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

" La Bible et Hérodote sont d'accord pour signaler l'apparition fulgurante d'une peste qui décima, en une nuit, les cent quatre-vingt mille hommes de l'armée assyrienne, sauvant ainsi l'empire égyptien." p. 25
(Le théâtre et son double - Le théâtre et la peste)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

Si le fait est vrai, il faudrait alors considérer le fléau comme l'instrument direct ou la matérialisation d'une force intelligente en étroit rapport avec ce que nous appelons la fatalité..." p. 25
(Le théâtre et son double - Le théâtre et la peste)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

" On peut dire maintenant que toute vraie liberté est noire et se confond immanquablement avec la liberté du sexe qui est noire elle aussi sans que l'on sache très bien pourquoi..." pp. 44-45
(Le théâtre et son double - Le théâtre et la peste)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

Car il y a longtemps que l’Éros platonicien, le sens génésique, la liberté de vie, a disparu sous le revêtement sombre de la Libido que l'on identifie avec tout ce qu'il y a de sale, d'abject, d'infamant dans le fait de vivre, de se précipiter avec une vigueur naturelle et impure, avec une force toujours renouvelée vers la vie..." p. 45
(Le théâtre et son double - Le théâtre et la peste)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

" Je dis que ce langage concret, destiné aux sens et indépendant de la parole, doit satisfaire d'abord les sens, qu'il y a une poésie pour les sens comme il y en a une pour le langage, et que ce langage physique et concret auquel je fais allusion n'est vraiment théâtral que dans la mesure où les pensées qu'il exprime échappent au langage articulé..." p. 56
(Le théâtre et son double - La mise en scène et la métaphysique)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

"C'est par la peau qu'on fera rentrer la métaphysique dans les esprits."
"Sans un élément de cruauté à la base de tout spectacle, le théâtre n'est pas possible."
(Le théâtre et son double)
Folio - Essais ISBN 2-07-032301-3 dépôt légal : mai 2006

" Protestation contre l’idée séparée que l’on se fait de la culture, comme s’il y avait la culture d’un côté et la vie de l’autre ; et comme si la vraie culture n’était pas un moyen raffiné de comprendre et d’exercer la vie..." p. 507
( Le théâtre et la culture - in Œuvres )
Gallimard "Quarto" 2004

"La médecine est née du mal, si elle n'est pas née de la maladie et si elle a, au contraire, provoqué et créé de toutes pièces le malade pour se donner une raison d'être.
Nul n’a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l’enfer."
(Van Gogh ou le suicidé de la société)

"Ce qui distingue les forfaits de la vie de ceux du théâtre, c'est que dans la vie on fait plus et on dit moins, et qu'au théâtre on parle beaucoup pour faire une toute petite chose."
(les Censi)

"Là où ça sent la merde ça sent l'être."
(Pour en finir avec le jugement de dieu)

"La peau humaine des choses, le derme de la réalité, voilà avec quoi le cinéma joue d'abord."
(La coquille et le clergyman)

"S'il est difficile de vivre, il devient de plus en plus impossible et inefficace de mourir."
(Suppôts et supplications)

"Le tricheur est celui qui corrige le sort, donc le réel : c'est un mystique en son genre."
(Lettre à Steve Passeur)

"Le bien est voulu, il est le résultat d'un acte, le mal est permanent."
(Lettre à Jean Paulhan)

"Toute humanité veut vivre, mais elle ne veut pas payer le prix et ce prix est le prix de la mort."
(Lettres de Rodez)

"La vérité de la vie est dans l'impulsivité de la matière. L'esprit de l'homme est malade au milieu des concepts."
(Le bilboquet)

"L'histoire des peuples est l'histoire de la trahison de l'unité."
(Vie et mort de Satan le Feu)

"Le monde en ébullition est enfer perpétuel, guerre sempiternelle jamais achevée pour vivre dans cet état de genèse, temps des hommes tous guerriers et héros."
(De colère et de haine)

"Seuls l'homme et la femme qui peuvent se rejoindre au-dessus de toute sexualité sont forts."
"Nous avons moins besoin d'adeptes actifs que d'adeptes bouleversés."
"Je souffre que l'Esprit ne soit pas dans la vie et que la vie ne soit pas dans l'Esprit..."
"Tout vrai langage est incompréhensible."
"Quand je lève les yeux vers vous on dirait que le monde tremble."
"Nous ne sommes pas libres. Et le ciel peut encore nous tomber sur la tête. Et le théâtre est fait pour nous apprendre tout cela."
"L'action du théâtre comme celle de la peste est bienfaisante, car poussant les hommes à se voir tels qu'ils sont, elle fait tomber le masque, elle découvre le mensonge, la veulerie, la bassesse, la tartufferie."
"Le théâtre c'est en réalité la genèse de la création.
Qui n'a été terrifié par cette idée qu'il allait un jour oublier sa vie ?"
"Je sais bien que le plus petit élan d'amour vrai nous rapproche beaucoup plus de Dieu que toute la science que nous pouvons avoir de la création et de ses degrés."
(Passim - http://www.evene.fr/citations/antonin-artaud )

Statistiques de l’utilisateur

Messages:
8 | Rechercher les messages de l’utilisateur
(1.05% de tous les messages / 0.00 messages par jour)
Forum le plus actif:
Poémachie
(3 Messages / 37.50% des messages de l’utilisateur)
Sujet le plus actif:
Sur les hauteurs...
(3 Messages / 37.50% des messages de l’utilisateur)

Signature

Là où ça sent la merde ça sent l'être...



Recherche fantomachique :




{ SH_ADV }



cron