Vue du profil - Barthes-Roland

Dmo +1 : page standard
Avatar de l’utilisateur
Nom d’utilisateur:
Barthes-Roland
Localisation:
Cherbourg (Manche) Basse-Normandie (France)
Dates:
1915-1980
Sexe:
Homme
Oeuvres:
Citations:
Image

Topic : Nouveau roman

" L'écriture de Robbe-Grillet est sans alibi, sans épaisseur et sans profondeur. Elle reste à la surface de l'objet et la parcourt également, sans privilégier telle ou telle de ses qualités : c'est donc le contraire d'une écriture poétique..."
(Essais critiques - Littérature objective)
Points - Littérature ISBN : 2-02-005809-X

" En face de ce syncrétisme sensoriel, à la fois anarchique et orienté, Robbe-Grillet impose un ordre unique de saisie : la vue. L'objet n'est plus ici un foyer de correspondances, un foisonnement de sensations et de symboles : il est seulement une résistance optique..." p. 30
(Essais critiques - Littérature objective)
Points - Littérature ISBN : 2-02-005809-X

Topic : Art moderne

" On sait que tout l'effort de Mallarmé a porté sur une destruction du langage, dont la littérature ne serait en quelque sorte que le cadavre..." p. 55
(Le degré zéro de l'écriture - L'écriture et le silence)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" Ce langage mallarméen, c'est Orphée qui ne peut sauver ce qu'il aime qu'en y renonçant, et qui se retourne tout de même un peu ; c'est la littérature amenée aux portes de la Terre promise, c'est-à-dire aux portes d'un monde sans littérature, dont ce serait pourtant aux écrivains à porter témoignage..." p. 55
(Le degré zéro de l'écriture - L'écriture et le silence)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

Topic : K.
" Le roman est une Mort ; il fait de la vie un destin, du souvenir un acte utile, et de la durée un temps dirigé et significatif. Mais cette transformation ne peut s'accomplir qu'aux yeux de la société..." p. 32
(Le degré zéro de l'écriture - L'écriture du roman)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" Maurice Blanchot a indiqué à propos de Kafka que l'élaboration du récit impersonnel (on remarquera à propos de ce terme que la "troisième personne" est toujours donnée comme un degré négatif de la personne) était un acte de fidélité à l'essence du langage, puisque celui-ci tend naturellement vers sa propre destruction..." p. 30-31
(Le degré zéro de l'écriture - L'écriture du roman)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

Topic : Signe
" J'ai l'impression que l'imaginaire, c'est un peu le parent pauvre de la psychanalyse. Coincé entre le réel et le symbolique, on dirait qu'il est déprécié, au moins par la vulgate psychanalytique."
(Le Nouvel Observateur, 10 janvier 1977 - Interview avec Bernard-Henri Lévy)

" D'abord suffoqué par l'hétéroclite du langage humain, Saussure, pour mettre fin à cette oppression qui est en somme celle du commencement impossible, décida de choisir un fil, une pertinence (celle du sens) et de dévider ce fil : ainsi se construisit un système de la langue..." pp. 145-146
(Le degré zéro de l'écriture - Par où commencer ?)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

Topic : Mémoire d'outre-tombe
" A quoi donc la Vie de Rancé peut-elle nous convertir, nous qui avons lu Marx, Nietzsche, Freud, Sartre, Genet ou Blanchot ?" p. 106
(Le degré zéro de l'écriture - Chateaubriand "Vie de Rancé")
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" La vieillesse est un temps où l'on meurt à moitié, elle est la mort sans le néant. Ce paradoxe a un autre nom, c'est l'ennui..." p. 108
(Le degré zéro de l'écriture - Chateaubriand "Vie de Rancé")
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

Topic : Contes
" Dès l'instant où l'écrivain a cessé d'être un témoin de l'universel pour devenir une conscience malheureuse (vers 1850), son premier geste a été de choisir l'engagement de sa forme, soit en assumant, soit en refusant l'écriture de son passé. L'écriture classique a donc éclaté et la Littérature entière, de Flaubert à nos jours, est devenue une problématique du langage..." p. 8
(Le degré zéro de l'écriture - Introduction)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" L'objet moderne, c'est, ou bien l'étouffement (Ionesco), ou bien la nausée (Sartre)..." p. 94
(Le degré zéro de l'écriture - Les planches de "l'encyclopédie")
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

Topic : Méditerranée
" La forme coûte cher ", disait Valéry quand on lui demandait pourquoi il ne publiait pas ses cours au Collège de France..." p. 46
(Le degré zéro de l'écriture - L'artisanat du style)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" Des écrivains comme Gautier (maître impeccable des Belles Lettres), Flaubert (rodant ses phrases à Croisset), Valéry (dans sa chambre au petit matin), ou Gide (debout devant son pupitre comme devant un établi), forment une sorte de compagnonnage des Lettres françaises, où le labeur de la forme constitue le signe et la propriété d'une corporation..." pp. 46-47
(Le degré zéro de l'écriture - L'artisanat du style)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" Queneau a voulu précisément montrer que la contamination parlée du discours écrit possible dans toutes ses parties et, chez lui, la socialisation du langage littéraire saisit à la fois toutes les couches de l'écriture : la graphie, le lexique - et ce qui est plus important quoique moins spectaculaire -, le débit..." p. 60
(Le degré zéro de l'écriture - L'écriture et la parole)
Seuil - Point - Littérature ISBN 2.02.000610.3

" Charlot a toujours vu le prolétaire sous les traits du pauvre : d'où la force humaine de ses représentations, mais aussi leur ambiguïté politique.
Ceci est bien visible dans ce film admirable, les Temps modernes." p. 40
( Mythologie - Le pauvre et le prolétaire )
Seuil -Point 1957
ISBN : 2-02-000585-9

Charlot y frôle sans cesse le thème prolétarien, mais ne l'assume jamais politiquement ; ce qu'il nous donne à voir, c'est le prolétaire encore aveugle et mystifié, défii par la nature immédiate de ses besoins et son aliénation totale aux mains de ses maîtres (patrons et policiers)." p. 40
( Mythologie - Le pauvre et le prolétaire )
Seuil -Point 1957
ISBN : 2-02-000585-9

" Le cerveau d'Einstein est un objet mythique : paradoxalement, la plus grande intelligence forme l'image de la mécanique la mieux perfectionnée, l'homme trop puissant est séparé de la psychologie, introduit dans un monde de robots ; on sait que dans les romans d'anticipations, les surhommes ont toujours quelque chose de réifié. Einstein aussi : on l'exprime communément par son cerveau, organe anthologique, véritable pièce de musée..." p. 91
( Mythologie - Le cerveau d'Einstein )
Seuil -Point 1957
ISBN : 2-02-000585-9

" Peut-être à cause de sa spécialisation mathématique, le surhomme est ici dépouillé de tout caractère magique ; en lui aucune puissance diffuse, aucun mystère autre que mécanique : il est un organe supérieur, prodigieux, mais réel, physiologique même..." p. 91
( Mythologie - Le cerveau d'Einstein )
Seuil -Point 1957
ISBN : 2-02-000585-9

" Le vin est senti par la nation française comme un bien qui lui est propre, au même titre que ses trois cent soixante espèces de fromages et sa culture. C'est une boisson-totem, correspondant au lait de la vache hollandaise ou au thé absorbé cérémonieusement par la famille royale anglaise. Bachelard a déjà donné la psychanalyse substantielle de ce liquide, à la fin de son essai sur les rêveries de la volonté, montrant que le vin est suc de soleil et de terre, que son état de base est, non pas l'humide, mais le sec, et qu'à ce titre, la substance mythique qui lui est le plus contraire, c'est l'eau..." p. 74
( Mythologie - Le vin et le lait )
Seuil -Point 1957
ISBN : 2-02-000585-9

" Michel Foucault montre très bien que le moyen âge s'est en somme ouvert à la folie bien plus et bien mieux que la modernité, car alors la folie, loin d'être objectivée sous forme d'une maladie, se définissait comme un grand passage vers la sur-nature, bref comme une communication ( c'est le thème de la Nef des fous ) ; et c'est le progressisme même de l'âge moderne qui semble détenir ici la mauvaise foi la plus dense ; en retirant leurs chaînes aux fous, en convertissant la dé-raison en aliénation, Pinel ( ce n'est ici que la figure d'une époque ) masquait l'antinomie fonctionnelle de deux humanités, il constituait la folie en objet, c'est-à-dire qu'il la privait de sa vérité ; progressive sur le plan physique, la libération de Pinel était régressive sur le plan anthropologique...
( De part et d'autre )

Topic : K

" Le trajet qui sépare le oui du mai, c'est toute l'incertitude des signes, et c'est parce que les signes sont incertains qu'il y a une littérature."
( La réponse de Kafka )

" Ta technique dit que le sens du monde n'est pas énonçable, que la seule tâche de l'artiste, c'est d'explorer des significations possibles, dont chacune prise à part ne sera que mensonge ( nécessaire ) mais dont la multiplicité sera la vérité même de l'écrivain."
( La réponse de Kafka )

Topic : K (Suite)
"Voilà ton paradoxe : l'art dépend de la vérité, mais la vérité, c'est mentir. Ainsi l'écrivain est la vérité, et pourtant quand il parle, il ment : l'autorité d'une œuvre ne se situe jamais au niveau de son esthétique, mais seulement au niveau de l'expérience morale qui en fait un mensonge assumé ; ou plutôt, comme tu le dis en corrigeant Kierkegaard : on ne parvient à la jouissance esthétique de l'être qu'à travers une expérience morale et sans orgueil..."
( La réponse de Kafka )

Topic : K. (suite)
" Ton système allusif fonctionne comme un signe immense qui interrogerait d'autres signes. Or l'exercice d'un système signifiant ( les mathématiques, pour prendre un exemple très éloigné de la littérature ) ne connait qu'une seule exigence, qui sera donc l'exigence esthétique elle-même : la rigueur.
Toute défaillance, tout flottement dans la construction du système allusif produirait paradoxalement des symboles, substituerait un langage assertif à la fonction essentiellement interrogative de la littérature. C'est là encore une réponse de ta part à tout ce qui se cherche actuellement autour du roman : que c'est finalement la précision d'une écriture ( précision structurale, et non pas rhétorique, bien sûr : il ne s'agit pas de "bien écrire") qui engage l'écrivain dans le monde : non pas dans l'une ou l'autre de ses options, mais dans sa défection même : c'est parce que le monde n'est pas fait, que la littérature est possible..."
( La réponse de Kafka )

"La névrose est un pis-aller [...]; mais ce pis-aller est le seul qui permet d'écrire."
Le Plaisir du texte, 1973

"La langue, comme performance de tout langage, n'est ni réactionnaire ni progressiste; elle est tout simplement fasciste; car le fascisme, ce n'est pas d'empêcher de dire, c'est d'obliger à dire."
Leçon inaugurale au Collège de France, 1977

"Qu'est ce que la théâtralité ? C'est le théâtre moins le texte, c'est une épaisseur de signes et de sensations qui s'édifient sur la scène à partir de l'argument écrit."

"Regard, objet, symbole, la tour [Eiffel] est tout ce que l'Homme met en elle et ce but est infini."

"La nouvelle Citroën tombe manifestement du ciel dans la mesure où elle se présente d’abord comme un objet superlatif."

"La vertu du catch, c'est d'être un spectacle excessif..." Mythologies, chapitre 1, 1957.

" C'est parce que le langage est fermé sur lui même que l'écrivain peut créer."

Statistiques de l’utilisateur

Messages:
15 | Rechercher les messages de l’utilisateur
(1.98% de tous les messages / 0.01 messages par jour)
Forum le plus actif:
Littératures fantômachiques...
(5 Messages / 33.33% des messages de l’utilisateur)
Sujet le plus actif:
Écriture (Lectures)
(4 Messages / 26.67% des messages de l’utilisateur)

Signature

Quand je me sais photographié, je me transforme en image... Image



Recherche fantomachique :




{ SH_ADV }



cron