Vue du profil - Bergson-Henri

Dmo +1 : page standard
Avatar de l’utilisateur
Philosophe
Nom d’utilisateur:
Bergson-Henri
Localisation:
Paris (France)
Dates:
1859-1941
Sexe:
Homme
Oeuvres:
[center]

Œuvres complètes (3 volumes)

Essai sur les données immédiates de la conscience (1889)

Cours de psychologie (1892-1893)

Matière et mémoireImage

Le Rire Image

L'évolution créatriceImage

La philosophie française (1915)

L'énergie spirituelle (1919)

Durée et simultanéité (1922)

Les Deux sources de la morale et de la religion (1932)

La pensée et le mouvant Image
Citations:
Image



Topic : Lol

" Pour comprendre le rire, il faut le replacer dans son milieu naturel, qui est la société." ch. I
(Le rire)

" Marquons nettement le point où viennent converger nos trois observations préliminaires. Le comique naîtra, semble-t-il, quand des hommes réunis en groupe dirigeront tous leur attention sur un d’entre eux, faisant taire leur sensibilité et exerçant leur seule intelligence.
Quel est maintenant le point particulier sur lequel devra se diriger leur attention ? à quoi s’emploiera ici l’intelligence ? Répondre à ces questions sera déjà serrer de plus près le problème. Mais quelques exemples deviennent indispensables." ch. I
(Le rire)

Topic : Relativités

" L’Univers dure. Plus nous approfondissons la nature du temps, plus nous comprendrons que durée signifie invention, création de formes, élaboration continue de l’absolument nouveau." (l'évolution créatrice)

Topic : Nulle part et partout (suite)

" Je n'ai pas plutôt commencé à philosopher que je me demande pourquoi j'existe ; et, quand je me suis rendu compte de la solidarité qui me lie au reste de l'univers, la difficulté n'en est que reculée, je veux savoir pourquoi l'univers existe ; et, si je rattache l'univers à un principe immanent ou transcendant qui le supporte ou qui le crée, ma pensée ne se repose dans ce principe que pour quelques instants ; le même problème se pose, cette fois dans toute son ampleur et sa généralité ; d'où vient, comment comprendre que quelque chose existe ?" ch. 4 p. 275
(L'Evolution créatrice- L'existence et le néant)
P.U.F

Topic : Nulle part et partout
" Les philosophes ne se sont guère occupés de l'idée de néant. Et pourtant elle est souvent le ressort caché, l'invisible moteur de la pensée philosophique. Dès le premier éveil de la réflexion, c'est elle qui pousse en avant, droit sous le regard de la conscience, les problèmes angoissants, les questions qu'on ne peut fixer sans être pris de vertige." ch. 4 p. 275
(L'Evolution créatrice- L'existence et le néant)
P.U.F

" Ce que la philosophie doit avant tout à Claude Bernard, c'est la théorie de la méthode expérimentale..." p229
( La philosophie de Claude Bernard (Discours prononcé à la cérémonie du Centenaire de Claude Bernard, au Collège de France, le 30 décembre 1913) - in La pensée et le mouvant )
PUF 79ème édition 1969 édit : 30 522

" La pensée constante de Claude Bernard, dans son Introduction, a été de nous montrer comment le fait et l'idée collaborent à la recherche expérimentale. Le fait, plus ou moins clairement aperçu, suggère l'idée d'une explication ; cette idée, le savant demande à l'expérience de la confirmer ; mais, tout le temps que son expérience dure, il doit se tenir prêt à abandonner son hypothèse ou à la remodeler sur les faits. La recherche scientifique est donc un dialogue entre l'esprit et la nature..." p. 230
( La philosophie de Claude Bernard (Discours prononcé à la cérémonie du Centenaire de Claude Bernard, au Collège de France, le 30 décembre 1913) - in La pensée et le mouvant )
PUF 79ème édition 1969 édit : 30 522

" Je ne connais rien de plus instructif que le contraste entre la forme et le fond d'un livre comme l’Étique : d'un côté ces choses énormes qui s'appellent la Substance, l'Attribut et le Mode, et le formidable attirail des théorèmes avec l'enchevêtrement des définitions, corollaires et scolies, et cette complication de machinerie et cette puissance d'écrasement qui font que le débutant, en présence de l’Éthique, est frappé d'admiration et de terreur comme devant un cuirassé du type Dreadnought..." pp. 123 124
( L'intuition philosophique - conférence faite au Congrès de Philosophie de Bologne le 10 avril 1911 - in La pensée et le mouvant )
PUF 79ème édition 1969 édit : 30 522

" De l'autre, quelque chose de subtil, de très léger et de presque aérien, qui fuit quand on s'en approche, mais qu'on ne peut regarder, même de loin, sans devenir incapable de s'attacher à quoi que ce soit du reste, même à ce qui passe pour capital, même à la distinction entre la Substance et l'Attribut, même à la dualité de la Pensée et de l’Étendue..." p. 124
( L'intuition philosophique - conférence faite au Congrès de Philosophie de Bologne le 10 avril 1911 - in La pensée et le mouvant )
PUF 79ème édition 1969 édit : 30 522

" Nulle part la fonction de l'artiste ne se montre aussi clairement que dans celui des arts qui fait la plus large place à l'imitation, je veux dire la peinture..." p. 150
( La perception du changement - conférence à l'université d'Oxford le 26 mai 1911 - in La pensée et le mouvant )
PUF 79ème édition 1969 édit : 30 522

" Les grands peintres sont des hommes auxquels remonte une certaine vision des choses qui est devenue ou qui deviendra la vision de tous les hommes. Un Corot, un Turner, pour ne citer que ceux-là, ont aperçu dans la nature bien des aspects que nous ne remarquions pas..." p. 150
( La perception du changement - conférence à l'université d'Oxford le 26 mai 1911 - in La pensée et le mouvant )
PUF 79ème édition 1969 édit : 30 522

" Le rire châtie certains défauts à peu près comme la maladie châtie certains excès.
La seule cure contre la vanité, c'est le rire, et la seule faute qui soit risible, c'est la vanité.
Les attitudes, gestes et mouvements du corps humain sont risibles dans l'exacte mesure où ce corps nous fait penser à une simple mécanique.
Certains ont défini l'homme comme "un animal qui rit". Ils pourraient aussi le définir justement comme un animal dont on rit. Ainsi, jusque dans notre propre individu, l'individualité nous échappe. Nous vivons dans une zone mitoyenne entre les choses et nous, extérieurement aux choses, extérieurement aussi à nous-mêmes.
( Le rire - Essai sur la signification du comique )

Le temps est hésitation..." *
" Le temps est invention, ou il n’est rien du tout.
La cohésion sociale est due en grande partie à la nécessité pour une société de se défendre contre d'autres.
L'idée est un arrêt de la pensée.
L'art de l'écrivain consiste surtout à nous faire oublier qu'il emploie des mots.
Prévoir consiste à projeter dans l'avenir ce qu'on a perçu dans le passé.
Rien n'est moins que le moment présent, si vous entendez par là cette limite indivisible qui sépare le passé de l'avenir.
Ce que j’appelle “mon présent”, empiète tout à la fois sur mon passé et sur mon avenir.
Partout où quelque chose vit, il y a, ouvert quelque part, un registre où le temps s'inscrit.
Originellement nous ne pensons que pour agir. C'est dans le moule de l'action que notre intelligence a été coulée. La spéculation est un luxe, tandis que l'action est une nécessité.
Nous tendons instinctivement à solidifier nos impressions, pour les exprimer par le langage.
Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action.
Toute action est un empiétement sur l'avenir.
L'obéissance au devoir est une résistance à soi-même.
L'art vise à imprimer en nous des sentiments plutôt qu'à les exprimer.
Toute vérité est une route tracée à travers la réalité.
Ainsi, jusque dans notre propre individu, l'individualité nous échappe. Nous vivons dans une zone mitoyenne entre les choses et nous, extérieurement aux choses, extérieurement aussi à nous-mêmes.
Le philosophe n’obéit ni ne commande. Il cherche à sympathiser.
La conscience est un trait d’union entre ce qui a été et ce qui sera, un pont jeté entre le passé et l’avenir.
Savoir, c’est-à-dire prévoir pour agir.
La science antique portait sur des concepts, tandis que la science moderne cherche des lois.
La comédie est bien plus près de la vie réelle que le drame.
Certaines ont défini l'homme comme "un animal qui rit". Ils pourraient aussi le définir justement comme un animal dont on rit.
Le passé tend à reconquérir son influence perdue en s'actualisant..."

Statistiques de l’utilisateur

Messages:
10 | Rechercher les messages de l’utilisateur
(1.30% de tous les messages / 0.00 messages par jour)
Forum le plus actif:
Philomachie...
(7 Messages / 70.00% des messages de l’utilisateur)
Sujet le plus actif:
Langage (LOL)
(2 Messages / 20.00% des messages de l’utilisateur)

Signature

Image
Le temps est une invention, ou il n'est rien du tout...

ImageImage



Recherche fantomachique :




{ SH_ADV }



cron